C’est un axe stratégique mondialement partagé, comme en atteste des études qui estiment par exemple que le marché mondial de la récupération d’énergie perdue passera d’environ 131 M$ en 2012 à plus de 4 milliards de dollars en 2019.

Même tendance à moindre échelle pour le secteur des productions d’énergies diffuses telles que l’électricité issue de matériaux piézoélectriques, pour lequel on s’attend à une croissance de 40 % entre 2012 et 2018. Cette démarche d’exploitation de toutes les sources possibles d’énergie disponible s’exprime donc selon deux axes : la récupération d’énergie fatale ou perdue et l’exploitation de nouveaux dispositifs de micro-production disséminés d’énergie.
 

Tous les secteurs d’activité sont concernés par ces tendances :
- le bâtiment (notamment avec le besoin de capteurs ou produits de commande sans fil autonomes, de réduction des consommations d’énergie en récupérant la chaleur d’eaux usées ou grises…

- le transport : produire du froid à partir de chaleur de gaz d’échappement , récupérer de l’énergie dispo (freinage, mouvement..) pour prolonger des batteries ou consommer moins de carburants tout en disposant de fonctionnalités électroniques plus nombreuses… etc.

- l’industrie : plus d’autonomie énergétique par la récupération de chaleur sur effluents liquides ou gazeux, ou relations d’échange de flux avec le territoire, suivi plus précis des process avec des capteurs disséminés, développement de nouveaux produits autonomes en énergie (sonnettes, interrupteurs, dispositifs médicaux etc.)

- les collectivités : augmenter les potentiels de ressources pour les réseaux de chaleur, augmenter les productivités de systèmes énergétiques dont la méthanisation (en valorisant aussi la chaleur des moteurs… ) etc.
 

L’enjeu à INNOV’ECO est de mieux cerner le niveau de maturité des technologies : ce qu’elles permettent déjà de faire, ce qu’on est en droit d’en attendre d’ici quelques
années ? (échangeurs, conversion d’énergie, systèmes de collecte d’énergie diffuse).

  • Pour quels projets ces dispositifs sont-ils déjà rentables ?
  • Comment intégrer ces technologies dans les projets ? Quels sont les marchés les plus porteurs et à quels termes ?
  • Quels sont les verrous à encore faire sauter ?

 

INTERVENANTS DE LA MATINÉE


Accueil et présentation
Jean-Louis CAFFIER, Journaliste 


Key note d'ouverture
Cécile CLICQUOT, Rédactrice en chef, Green News Techno


Discussion ouverte
Animée par : Jean-Louis CAFFIER, journaliste 
Autour des key speakers :
David LEICHER,  Responsable Réseaux de chaleur, AMORCE
Jean-Frédéric MARTINIngénieur & MBA, Dirigeant fondateur, ARVENI
Thiebaut KIENTZ, Directeur général, Responsable recherche et germanophone, EXOÈS
Bertrand HAUET, Pilote du domaine d'activité stratégique (DAS) Chaînes de traction thermique (CTT) du Pôle MOV'EO - RENAULT

 

TREMPLIN PME INNOV'ECO pour les 4 PME lauréates

  • ACTE SA
    Cette start-up a développé des échangeurs de chaleur à la géométrie très spéciale, très compacts et légers, facilitant l'intégration sur les sites industriels pour la récupération de chaleur.
  • ECOLACTIS / BOOSTHERM
    Cette société a mis au point un module de récupération de la totalité de la chaleur émise par un groupe froid pour chauffer de l'eau à 55°C.
  • OSMOBLUE
    Cette société porte une technologie de conversion de chaleur en électricité via un processus osmotique à haut rendement.
  • SAVE INNOVATIONS
    Cette société conçoit des pico-turbines d'alimentation électrique basse tension à très haut rendement capables d'exploiter les faibles vitesses des fluides de l'eau ou de l'air.


Les interviews

(à venir)

 

 


Programme détaillé
Liste des participants
Enquête satisfaction des participants (à venir)